J’ai disposé d’un atelier-logement durant une semaine en octobre 2020 qui m’a permis de me recentrer sur ma création picturale à base de dripping et de pochoirs.

Le travail gestuel du dripping (jeter l’encre de chine sur le support) nécessite un espace suffisamment vaste, où le geste est accompagné de respiration profonde particulièrement appréciable dans une région où l’air est pur, où les senteurs de l’automne humide fait ressortir l’odeur de la terre et les couleurs flamboyantes des feuilles. Je n’ai jamais eu un atelier aussi vaste où j’ai pu étendre mes toiles et papiers au sol en tomette protégé par une bâche plastique et sur la grande table en bois massif.

Photographies et Peintures © Catherine Poulain

En outre, le calme extrême de cette abbaye, permet de retrouver le repos, le réconfort et la foi en se reliant à toute l’histoire culturelle, spirituelle du lieu, ce dont j’ai besoin pour peindre. Je me relie au sacré pour être parfaitement concentrée dans mon geste et mon regard durant le jour avec le soleil du matin venant y rayonner.

Les rencontres brèves avec les autres artistes résidents après le tomber du jour étaient très agréables. Nous avons pu discuter, montrer nos travaux en cours, écouter un concerto de musique classique, lire, cuisiner avec des produits du terroir. Je me suis rendue en voiture au marché de la ville voisine, au musée et à la maison de Georges Sand pour être en immersion. J’ai fait également des promenades dans les champs à la rencontre des animaux sauvages (oiseaux, biches, insectes) et des chevaux en enclos de plein air à la retraite après avoir servi de monture. J’ai trouvé une complicité immédiate avec l’un deux qui est venu à ma rencontre avec un regard très profond et un peu triste.

Je me suis sentie tout à fait libre durant cette résidence où j’ai été bien accueillie. Cet espace était disponible juste avant les travaux de cette aile du bâtiment, alors je l’ai photographié en pensant que cet atelier ne sera jamais plus comme avant, que c’était ses derniers instants. C’était juste avant le 2e confinement de novembre, j’avais envie de rester car on n’y ressent pas l’enfermement comme en ville, mais j’avais à faire ailleurs, c’est vraiment un espace propice à la création, où je reviendrai volontiers.

En revenant de mon voyage en voiture, j’ai posé quelques pochoirs de chevaux dans les villages que j’ai traversé.

Les œuvres que j’ai crées in-situ seront exposées au Prieuré saint Saturnin de l’église de Chevreuse en Yvelines (78) à partir du samedi 9 janvier 2021 jusqu’au dimanche 17 janvier 2021, étant comme L’abbaye de La Prée, sur le chemin des pèlerins de saint Jacques de Compostelle et dans un espace réservé à l’art contemporain.

Catherine Poulain

Exposition 9/10 et 16/17 janvier 2021 : 10h30/12h30 14h30/18h Prieuré saint Saturnin, 3 rue de l Eglise, 78 Chevreuse RER B Saint Remy les Chevreuse